Acte de mise sous tutelle des enfants de Pierre Paul Léon dont parmi eux une future révolutionnaire.

Christelle Augris



Le site Internet « familles parisiennes » est très utile pour toute recherche concernant une personne ayant vécu à Paris, il définit son action sur sa page d’accueil :


« Projet Familles Parisiennes

L'objectif du projet est de constituer des outils pour faciliter les recherches sur les familles parisiennes, ceci en mutualisant les moyens de ceux qui font des recherches sur Paris, et tout particulièrement dans les fonds du Minutier Central des Notaires parisiens. »


Ce site numérise donc, entre autres, les actes du Minutier central des notaires parisiens. Un index des noms indexés existe et les photos des actes sont hébergées via le service "Registre en ligne" de Geneanet.


En consultant l'index, deux patronymes ont attiré mon attention au détour d’une liste :

« LEON, Pierre Paul Marchand limonadier x TELOHAN, Mathurine, 1784-03-27 , parents ». Serait-ce, comme de toute vraisemblance, les parents de la révolutionnaire Pauline Léon ? La consultation de l’acte issu du registres de tutelles du châtelet à la date du 27 mars m’a effectivement confirmé que suite au décès du père c’était celle des cinq enfants mineurs de ce couple. L’aînée se prénomme Anne Appoline (sic) Léon, connue quelques années plus tard comme Pauline Léon co-fondatrice de la Société des citoyennes républicaines révolutionnaires.


De par les renseignements fournis sur le père, et l’entourage familial, amical et social de la famille Léon, cette mise sous tutelle est intéressante. (mise sous tutelle des enfants Léon)[1]


On y apprend donc que le 27 mars 1784 les cinq enfants mineurs issus du mariage de Paul Léon marchand limonadier et de Mathurine Telohan son épouse et veuve (sic) se présentent pour leur mise sous tutelle : Anne Appoline, âgée de 15 ans ; Antoine Paul Denis, âgé de douze ans ; Gabriel Joseph Léon, âgé de huit ans ; Marie Reine Antoinette Léon, âgée de six ans et François Paul Mathurin Léon, âgé de quatre ans. Leur mère demeure rue du Bacq (sic). Sont présents : Pierre Marcon, marchand tapissier, demeurant "rue Chapon au Marais, paroisse St Nicolas en champ, oncle maternel des mineurs à cause de Anne Telohan, son épouse " ; Barthélemy Thévenon, maître tailleur, demeurant rue des Trois Maures, paroisse Saint Jacques la Boucherie ; Antoine Badieu, garçon tapissier, demeurant rue Chapon, paroisse Saint Nicolas des champs ; Antoine Tarlé, officier de maison, demeurant quai des Théatins paroisse Saint Sulpice ; Antoine Beraud, marchand fourbisseur, demeurant rue Saint André des Arts, paroisse Saint Séverin ; Joseph Bricard, maître charron, demeurant rue du Bacq, paroisse Saint Sulpice et François Larcher maître sculpteur à Paris demeurant rue de Sèvres (?), paroisse Saint Sulpice. Ces six derniers considérés comme amis des mineurs sont présents à défaut de parents paternels et autres parents maternels des dits mineurs.

La tutelle est assurée par leur mère : « La veuve Léon en demeurera tutrice de ses cinq enfants mineurs à effet de régir et gouverner leurs personnes et biens et que le dit Taslé est et demeurera subrogé tuteur desd. mineurs lesquels veuve Léon et Tarlé comparaitront pardevant nous pour accepter leurs charges et faire le Serment accoutumé ».








Précisons aussi deux autres actes non numérisés, mais qui semblent fortement intéressants pour mieux cerner l’environnement familial et le patrimoine de la cellule familiale de Pauline Léon :

  • Le contrat de mariage en date du 18 octobre 1767 de Pierre Paul Léon et Mathurine Télohan [2]


Relevés collaboratifs des Archives notariales

  • L’Inventaire après décès du 30 mars 1784 de Pierre Paul Léon, marchand limonadier fabricant de chocolat, époux de Mathurine Télohan, demeurant rue du Bacq. Quartier Saint-Germain-des-Prés (répertoire p 95) [3]

Aucune trace est connue concernant Gabriel Joseph Léon Antoine , Paul Denis Léon est décédé à Paris le 31 mars 1835 [4]. Et pour savoir ce que sont devenus Marie Reine Antoinette et François Paul Mathurin Léon, lire l'article Pauline Léon et sa famille à La Roche-sur-Yon.


Pour aller plus loin :

La Citoyenne Républicaine Révolutionnaire Pauline Léon

[1] Centre historique des Archives nationales 03/21/1784 - 03/31/1784 | AN Y5115C Registres de tutelles du 21 au 31 mars 1784

[2] Centre historique des Archives nationales - Minutier central des notaires de Paris - actes passés devant maître Jean Prignot de Beauregard Étude XXX répertoire 7 cote 346 à 429 année 1767 non numérisée [3] Centre historique des Archives nationales - Minutier central des notaires de Paris -actes passés devant maître Louis BOURSIER, étude XXVII cote 437 date non numérisée

[4] Claude Guillon, « Pauline Léon, une républicaine révolutionnaire », Annales historiques de la Révolution française avril-juin 2006 : https://doi.org/10.4000/ahrf.6213A P DQ8 703 f. 10


© 2019 Christelle Augris, Frédéric Augris. Contact  -Politique de confidentialité

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now