Jaqueline Auriol, une vie à la vitesse du son !


Jacqueline Auriol dans le cockpit d'un Concorde L’histoire de la rude compétition entre les deux aviatrices  Jacqueline Auriol la française et Jacqueline Cochran l'américaine me fut souvent racontée par ma mère, prénommée J

acqueline elle aussi. Elle admirait cette femme alliant à la fois l’élégance toute Parisienne et la bravoure d’une pilote ! Deux décennies plus tard, quittant Paris, je partis habiter une commune où elle vivait, dans sa propriété familiale de la Pâclais. Et en décidant de vous conter son histoire, je découvris qu’elle avait étudié dans l'établissement où une amie enseigne… Même si je ne crois pas aux "signes", il me semble évident que dans mes petites biographies féminines, une page devait lui être consacrée ! Donc Jacqueline Auriol est née Jacqueline Douet  (le "t " final se prononce) le 5 novembre 1917 à Challans en Vendée. Son père Edmond, lui aussi natif de Challans en 1888 était fils d’un charron ayant ouvert en 1880 un commerce de négoce de bois dans cette même commune. Edmond épousa à Paris le 8 juillet 1916 Suzanne Chevy, fille d’un employé de commerce. J'ai beaucoup lu sur le net que non mobilisé  il avait su faire prospérer l'entreprise paternel de négoce en bois. En effet il ouvrit un établissement secondaire aux Sables d’Olonne en 1917 ( Cette entreprise de négoce en bois restera dans la famille pendant quatre générations jusqu’à son rachat en 1997);  affirmation confirmée par le fait qu'il  était noté "négociant aux armées" sur son acte de mariage. Mais sur son registre de matricule, on peut lire qu’il a effectué toute la guerre dans l’artillerie. Jacqueline passa une enfance heureuse avec son frère André de trois ans son cadet dans le parc de la propriété familiale challandaise aujourd'hui disparue. Mais, de par son milieu catholique traditionnaliste typique de la bourgeoise de l’Ouest de cette époque,  hors de question qu'elle puisse aller à l'école publique, locale, elle fut donc envoyée étudier à Nantes dans la communauté des Ursulines de Blanche-de-Castille.  A cette époque, les pensionnaires étaient en majorité issues de l'aristocratie bretonne. Soeur Colette Lignon, supérieure de cette communauté a dit en 2015 pour un documentaire d’Arte : "elle a été élève et pensionnaire de 1926 à 1933. Nous retrouvons, dans les cahiers de palmarès, qu'elle a obtenu des prix en français et en dessin.".  Malheureuse d’y être pensionnaire et suite à une appendicite elle deviendra demi-pensionnaire en allant vivre avec son frère dans un appartement loué à Nantes. Quant à son père, il meurt des suites d’une polyo à l’âge de 41 ans le 11 juin 1932 dans sa propriété de Challans. Sa veuve reprit les rennes de l'entreprise familiale. Elle épousa en secondes noces Bernard Roy à Paris en 1937.  Bernard Roy est issu d’une famille  nantaise férue de peinture.  Son frère Pierre peintre surréaliste a plusieurs œuvres au Moma de New-York. ; Bernard lui-même était peintre de la Marine, écrivain local et conservateur du musée des Salorges à Nantes décéda le 4 décembre 1953 à Nantes et influença Jacqueline dans son inclination pour le dessin et la peinture. Elle poursuivit ses études en  allant suivre des cours aux Beaux-arts, puis à l’école du Louvre pour un cursus d’histoire de l’art afin de devenir décoratrice d'intérieur. Elle préparait en même temps  un certificat de psycho-pathologie à la Sorbonne et à Saint-Anne. Après l’avoir rencontré pendant les vacances de noël précédentes, à 21 ans le 26 février 1938 Jacqueline épousa, malgré les réticences des deux familles aux opinions politiques et religieuses diamétralement opposées,   Paul Auriol un brillant élève de Sciences po né en 1918 à Toulouse. Paul est fils de Vincent un ancien ministre socialiste des finances du Front populaire. Parmi les témoins dudit mariage on peut voir qu’il y avait  Léon Blum président du Conseil du Front populaire et grand ami de la famille Auriol et le général Herscher ancien commandent de l’école de Saint-Cyr, commandeur de la Légion d'honneur, croix de guerre et commandant de la place de Nantes. Le jeune couple ira en voyage de noces à la Pâclais, manoir du xveme siècle appartenant à la mère de Jacqueline et situé à 7 kms de Nantes.  Les jeunes gens vivent des subsides familles, le temps de finir leurs études.

Puis la guerre arriva, Paul fut appelé au front dans les Alpes dans l'artillerie de Montagne. Après la défaite militaire de 1940, son beau-père Vincent faisait partie des quelques parlementaires ayant refusé de donner les pleins pouvoirs à Pétain. Il fut un temps incarcéré puis assigné à résidence en raison de sa santé. Il entra  tout de même dans la Résistance en 42 avant de rejoindre en 43 Londres et De Gaulle. Sa femme, son fils, de par leur parenté et de par leurs propres actions de résistants à l'oppression nazie, furent recherchés et durent constamment changer d’identité et de domicile. Paul faisait partie des réseaux Résistance-Fer et Veni et Michelle Auriol était à Lyon chiffreuse de messages envoyés à Londres. Jacqueline changea régulièrement de noms et de caches entrainant avec elle ses deux enfants Jean-Claude né avant-guerre et Jean-Paul en  avril 1941. A la libération toute la famille put se retrouver. En 1947 Vincent Auriol devint le premier président de la IVe république, régime parlementaire donnant peu de pouvoirs au Président certes, mais seul élément stable face à la valse des gouvernements qu’a connue la IVe. Vincent décida de s’installer au Palais de l’Elysée, qui n’avait plus été occupé depuis le dernier conseil des ministres à Paris le 13 juin 1940. Il aurait dit à son arrivée à l’Elysée : "Et dire que, pendant sept ans, il va falloir tourner en rond autour de ce bassin !". Toute la famille le suivit, petits-enfants inclus. De par ses compétences dues à sa formation, et ses relations Jacqueline aida sa belle-mère dans la réhabilitation du Palais. Des décorateurs contemporains, Arbus et Leleu, furent appelés pour embellir le premier étage du Pavillon Central, Adnet les appartements privés de Vincent Auriol. Des tableaux de peintres contemporains comme RouaultBraque, Dufy furent installés. Tous les artisans et artistes étaient français pour encourager l’essor de l’économie française au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale.


Image : couple Auriol sur le perron de l'Elysée Un début de peopolisation fut aussi enclenché. Michelle Auriol ancienne militante de la SFIO et ancienne résistante avait su avec toute son intelligence et son élégance créer et incarner à la perfection son rôle de "Première Dame". Elle eut l’idée de l’arbre de noël de l’Elysée.  On pouvait voir en première page de Paris-Match des photos de toute la famille réunie autour de l’arbre de noël élyséen. La presse féminine saluait l’élégance de la première dame ainsi que de celle de sa belle-fille, qui était "l’incarnation de la femme française de l’époque, élégante et sportive".  Jacqueline dira de sa première année en tant que belle-fille du Président : "Pendant les premiers mois, Paul et moi avons été littéralement submergés sous une avalanche d'invitations : cocktails, vernissages, dîners, soirées, etc. Mal conseillés, nous étions persuadés qu'il était de notre devoir de nous y rendre. Mais aussi, je dois le reconnaître, nous aimions cela. C'était grisant. Nous étions jeunes. Nous avions l'impression d'être aimés pour nous-mêmes. Et puis quelle jeune femme eût résisté à la joie de porter de très jolies robes (...) "

Mais toute médaille a son revers, Paul son époux secrétaire général adjoint de son père, de par son lien de parenté était la cible privilégiée de campagnes de presse politiques diffamantes de tout bord comme l’Humanité et le Figaro (affaire de piastres d'Indochine par exemple). Jacqueline aussi fut attaquée, de manière plus insidieuse, il était sous-entendu que ses tenues coûtaient bien chères, qu'elle sortait beaucoup... Jacqueline voulut prouver alors qu'elle existait par elle-même et montrer sa propre valeur. Lors d'une conversation avec Pierre Pouyade, héros de l'escadrille "Normandie­-Niemen" où Jacqueline lui parlait de son amour de la vitesse (ski, équitation, voiture...), il lui demanda : "Pourquoi n'apprenez-vous pas à piloter ? ".  Elle le fit sur un biplan Stample avec Paul et son fils aîné auprès de l'instructeur Jacques André. Après son premier vol, elle dira : "cela ne manque pas d'intérêt". Elle obtint ses brevets de premier et second degré en 1948. Elle avait enfin trouvé un moyen de s'évader de l'Elysée ! Ensuite, elle voulut se prouver à elle-même qu'elle pouvait aller plus loin ! Avec  Raymond Guillaume pilote et instructeur de la célèbre patrouille d’Etampes, elle découvrit la voltige . Pour son premier vol, son entraîneur la mit à l'épreuve avec looping, demi-tonneau... elle trouva cela merveilleux  et délaissa les mondanités parisiennes pour pouvoir assouvir sa grande passion, elle participa au meeting d'Auxerre le 4  juillet 1949.  Elle dira de ce jour : "Ce 4 juillet 1949, à trente et un ans, je venais d'accomplir quelque chose, j'étais devenue quelqu'un, non pas parce que j'étais la belle-fille du président de la République, mais parce que j'avais travaillé très dur !" Mais quelques jours plus tard, le 11 juillet,  elle fut victime d'un terrible accident sur la Seine aux Mureaux en tant que passagère d'un  hydravion prototype, un  SCAN 30. L’avion vola trop bas, et toucha la Seine. Jacqueline fut la plus touchée, elle manqua de mourir, eut plusieurs fractures du crâne qui la défigurèrent Personne à Paris ne pouvait réparer son visage, luttant contre une dépression,, elle s'isola, elle ne voulait voir personne et surtout pas ses enfants. Elle écrira dans ses mémoires : "j'étais obsédée par l'idée de mes enfants, désespérée de ne pas les voir, je n'aurai cependant pour rien au monde acceptée qu'ils aperçusses leur maman dans l'état où j'étais. Je redoutais l'horreur et le chagrin que mon visage leur inspirerait et j'avais l'impression que je les perdrais à tout jamais."  Elle se demanda ausssi si  elle pourra revoler un jour. Un médecin-colonel, spécialiste des gueules cassées lui sauva son visage avec une triple greffe d'os. Ensuite aux Etats-Unis, elle subit en deux ans une vingtaine d'interventions chirurgicales pour retrouver un visage. Encore défigurée, elle reprit toutefois le pilotage et fin 1950, elle obtient son brevet de pilote militaire, puis en 1951, le brevet américain de pilote d'hélicoptère. - "Vivre et voler... Si je n'avais pas été soutenue par ce double but, jamais je n'aurai pu triompher dans cette lutte de dix-huit mois contre la souffrance et le découragement. "Vivre pour voler... Ce dernier mot avait pris pour moi un sens plus précis qu'autrefois. Il me fallait devenir pilote professionnelle. Désormais, l'aviation et moi, nous étions en compte". Mais pour qu'une femme devienne en cette période, pilote professionnelle, il lui fallait avoir déjà un petit nom dans l'aviation. Qu'à cela tienne, malgré de nombreux obstacles, elle décida de remporter un  record de vitesse.  S'ensuivit ensuite son célèbre duel à distance et dans les airs avec l’américaine Jacqueline Cochran. Ce duel fut relaté dans tous les journaux des deux côté de l 'Atlantique et fut nommé:  "la guerre des deux Jacqueline" ! Le record de vitesse sur 100 km en circuit fermé était détenu par l’américaine avec 765,688 km/h. Le 11 mai 1951, à 17 h 55, Jacqueline Auriol s’envola à bord de son Vampire de la base d’Istres. Elle effectua les 100 km en 7 minutes et 20 secondes, soit 818,181 km/h de moyenne. Elle devint alors la femme la plus rapide du monde ! Elle put ainsi devenir pilote militaire.



 Image : l’américaine Jacqueline Cochran A force de ténacité Jacqueline réussit à devenir pilote en titre au C.E.V le 21 décembre 1952, elle battit  à nouveau un record de vitesse féminin sur un Mistral,  avion à réaction Mistral à la moyenne de 855,92 km/h. L’américaine Jacqueline Cochran lui reprit ce record le 20 mai 1953 à 1 050 km/h sur un  F-86 Sabre. Mais elle n’eut même pas le temps de savourer sa victoire car Jacqueline Auriol en devenant la première femme à passer le mur du son le 15 août 1953. à bord d'un Mystère II le remporta à nouveau. Le 20 avril 1954, elle entra à l'École du personnel navigant d'essais et de réception (EPNER) et en sorti le 18 novembre 1955 la première femme au monde brevetée pilote d'essai. Elle intégra ensuite le très fermé centre d'essais en vol de Brétigny-sur-Orge.  Jacqueline Cochran, alors vice-présidente de la FAI , fit tout pour conserver son titre de "femme la plus rapide du monde", et annonça  le 20 mai 1955 que les records féminins seraient abolis le 1er juin de la même année ! Mais Jacqueline Auriol, piquée au vif et très déterminée, voulant que ce soit un avion français qui eut le dernier record, réussit à reprendre le record de vitesse avec 1 151 km/h sur Dassault Mystère IV le 31 mai 1955 ! L'année suivante, Jacqueline Cochran devenu présidente de la FAI revint sur cette décision et en avril 1961 sur un Northrop T.38  enleva le record à la française avec une vitesse de de 1262.  Mais Jacqueline Auriol en tant que pilote d'essais passait régulièrement le double de la vitesse du son avec le nouveau bijou de l'aviation française le Mirage III, elle battit  donc officiellement le record le 22 juin 1962 à 1 849 km/heure. Profitant du salon de l'aéronautique du Bourget, elle l'améliora le 14 juin 1963 en le portant à  2030 km/h aux commandes d'un Mirage III R.  L'américaine mit un terme à la "guerre des deux Jacqueline" en atteignant  2097 km/ sur un Lockheed F.104. Une guerre que sur le papier, car en effet, elles étaient devenues amies.

Image : Jacqueline Auriol dans un Mirage En vingt ans de carrière Jacqueline Auriol avait piloté plus de 150 avions et avait totalisé plus de 5 000 heures de vol dont 2 000 en tant que pilote d’essais dont le Concorde. Elle avait eu aussi un temps les records de vitesse sur un avions à réaction d'affaires, le mystère 20. Elle continua un moment sa carrière en représentant des appareils à l'étranger.  De multiples décorations lui furent décernées, notamment trois Harmon Trophy américain dont un remis par le Président Eisenhower lui-même, elle  reçut  aussi la Légion d'honneur, ainsi que la la Grand-croix de l'ordre national du Mérite. En plus de l’aviation, elle avait conservé un passion pour le dessin, mais était aussi une skieuse accomplie, et pratiquait aussi le golf et l’équitation. De son côté, Paul, après avoir travaillé pour son père à L’Elysée continua sa carrière comme contrôleur général à EDF. A partir de 1962, il devint secrétaire général du comité national français de la Conférence mondiale de l'énergie. Mais après l'accident de Jacqueline et sa longue absence, ainsi que le fait d'avoir des centres d' intérêt opposés, fit que couple s'éloigna l'un de l'autre,  pour divorcer en 1965.  Mais lorsque Paul devint malade, le couple se rapprocha  au point de se remarier. Ils résidèrent discrètement dans le manoir de Saint-Herblain (44).  Paul décéda à Paris en 1992. Devenue, une personnalité très discrète, ne supportant plus les feux des projecteurs, elle décéda le 11 février 2000. Jacques Chirac alors président de la République envoya ce télégramme à la famille : " Cette grande dame a incarné pour les Français, pendant des décennies, le courage et la modernité. Ses exploits inouïs des années 50 et 60 lui avaient valu une renommée mondiale et faisaient la fierté de notre pays". Après une messe aux Invalides, elle fut enterrée au cimetière de Muret dans le tombeau familial de la famille Auriol. Vincent avait résidé jusqu'à sa mort dans la propriété de la Bourdette de cette commune. Clin d’œil de l’histoire, cette propriété est devenu le musée Clément Ader,  Muret étant la commune de naissance de ce pionnier de l’aviation. Jacqueline Auriol est peut-être un peu oubliée aujourd'hui même si plusieurs établissements scolaires et rues portent son nom et qu'un timbre fut émis en 2003.  Pourtant, elle fut une femme ayant su s'affranchir de nombreux carcans : Celui de la bourgeoise traditionaliste vendéenne d'avant-guerre où les jeunes filles après de bonnes études dans des établissements scolaires devaient "faire un bon mariage" et fonder une famille. Celui des mondanités parisiennes des années cinquante, véritable cage dorée, où toute bonne bourgeoise accomplie se devait d'être élégante, cultivée, pratiquer le golf, le ski... Celui de la célébrité de son beau-père, nom qui lui a ouvert de nombreuses portes, certes mais l'obligeant à l'excellence en contrepartie. Cette bourgeoise casse-cou au féminisme discret mais pourtant bien présent, fut une égérie pour toute une génération de femmes. De par sa volonté, son courage et ses aptitudes physiques, elle avait su trouver sa place dans un monde d'hommes et pouvant ainsi prouver qu'une femme pouvait accomplir les mêmes exploits tout en gardant sa féminité.

Pour aller plus loin : Reportage France3 Vivre et voler de Jacqueline Auriol en 1968 Reportage sur Jacqueline Auriol

© 2019 Christelle Augris, Frédéric Augris. Contact

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now