Jean Théophile Victoire Leclerc, la vie d'un révolutionnaire Enragé


Jean Théophile Victoire Leclerc né en 1771 dans le Forez et issu d’une famille d’ingénieurs des Ponts et Chaussées, est un révolutionnaire ayant cosigné le Manifeste des Enragés avec l‘abbé Roux et Jean-François Varlet. Proche de la Société des citoyennes républicaines révolutionnaires, il épouse même Pauline Léon sa première présidente. Virulent dans ses discours et écrits, il est emprisonné durant la Terreur et doit sa survie à la chute de Robespierre. Devenu fonctionnaire sous le Directoire, il disparaît mystérieusement à l’aube du XIXème siècle, mais reste dans l’Histoire.  Marx et Engels écrivent dans “La Sainte Famille” :  “Le mouvement révolutionnaire, qui commença en 1789 au Cercle social, qui, au milieu de sa carrière, eut pour représentants principaux Leclerc et Roux et finit par succomber provisoirement avec la conspiration de Babeuf, avait fait germer l’idée communiste que l’ami de Babeuf, Buonarroti, réintroduisit en France après la révolution de 1830. Cette idée, développée avec conséquence, c’est l’idée du nouvel état du monde.” Cet ouvrage lève de nombreux mystères et relate son exil outre-Atlantique, ses relations avec les indépendantistes sud-Américains, mais aussi avec de célèbres “pirates” comme Jean Lafitte”, Jean-Dominique Aury… Voici un extrait concernant la bataille de La Nouvelle-Orléans en janvier 1815 concluant victorieusement  la guerre américano-anglaise commencée en 1812 : Jean Leclerc fait  partie des défenseurs de La Nouvelle-Orléans lors de la grande bataille du 8 janvier. Le matin, dès les premiers coups de canon, il arrive expressément et salue le général Jackson ainsi que son état-major. On lui demande alors ses presses typographiques pour imprimer les avis officiels. Il fait donc quérir ses journalistes et imprimeurs, et rejoint les lignes des volontaires où il se bat courageusement, alors qu’il a, semble-t-il, de gros problèmes de vue.  Il recevra un certificat de bravoure qui, dira-t-il plus tard, est son bien le plus cher  : “Nous soussignés certifions dans la matinée du 8 janvier, vers les sept heures et demie, nous trouvant sur la ligne auprès du général Jackson, à peu de distance du magasin à poudre, nous vîmes arriver à la hâte M. leclerc, éditeur de l’ Ami des Lois, qui après avoir salué le général dit qu’il avait été éveillé en ville par le bruit de l'artillerie, et s’était de suite mis en route pour le camp ; qu’il avait constamment couru pour se rendre, et nous jugames qu’il devait en effet avoir fait beaucoup de diligence, Ledit M Leclerc nous quitta au bout de trois à quatre minutes en disant qu'il allait rejoindre la compagnie des Carabiniers dans laquelle il était entré volontaire. En foi de quoi nous avons signé le présent certificat. Nouvelle-Orléans, le 20 avril 1815 HD Peire Maj.44ème Inf A Lacarrière Latour (...) Pour tout connaître de sa vie et de ses convictions, voici sa biographie : Sur AMAZON Sur KOBO Sur FNAC Pour aller plus loin sur la Révolution : “la Révolution et nous, le blogue historien de Claude Guillon” https://unsansculotte.wordpress.com Pour mieux connaître Louis-Michel Aury, le blog http://louisaury.blogspot.com

© 2019 Christelle Augris, Frédéric Augris. Contact

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now